Nos publications

CE QU’UN ENSEIGNANT DOIT SAVOIR DE LA GRAMMAIRE FRANÇAISE
SENS DE LA GRAMMAIRE ET GRAMMAIRE DU SENS

Cliquez sur les cadres pour lire la suite

-1-

LA GRAMMAIRE IMPOSE NOTRE PENSÉE AU MONDE

-2-

LA CONSCIENCE SYNTAXIQUE

-3-

LA NATURE DES MOTS

-4-

LES FONCTIONS DES MOTS

-5-

LA CHAÎNE DES ACCORDS DANS LA PHRASE

-6-

DE LA CHRONOLOGIE À LA LOGIQUE

-7-

GRAMMAIRE ET PONCTUATION

-8-

CONCILIER RIGUEUR DE LA PROGRESSION ET PÉDAGOGIE DE LA DÉCOUVERTE

CASSER LES PORTES DES GHETTOS SCOLAIRES

Les « cités », de plus en plus, abandonnées, sont devenues progressivement des ghettos dans lesquels les relations linguistiques précises et le partage culturel équilibré sont quasi inexistants. Mêlant à des lambeaux de langue française, des bribes de langues dites « maternelles » (arabe et langues africaines) , le « code switching » qui en résulte, omniprésent dans les échanges des cités , est en fait un aveu de d’impuissance linguistique, et de confusion culturelle plutôt qu’un métissage enrichissant.

TEXTE DE CADRAGE SUR LE « DESENCHANTEMENT » SCOLAIRE

Le glissement du paradigme de l’incompétence (« je ne sais pas lire ! ») à celui de l’incompatibilité (« lire, ce n’est pas pour moi !») donne à l’échec scolaire une tout autre dimension. En effet, à partir du moment où c’est l’école qui ne correspond plus aux particularismes culturels et cultuels de sa population, dès l’instant où se trouvent dénoncées sa désuétude et son inconvenance, la tribu des « objecteurs d’école » va s’élargir considérablement.

L’IMAGE ET L’ECRAN FOSSOYEURS DU LANGAGE ET DE LA LECTURE

A toutes les étapes de son développement, le langage s’est employé à libérer l’homme du piège de l’évidence. La création de l’écriture s’est inscrite dans le même combat, portant notre espoir d’un prolongement spirituel et dénonçant les limites du dessin. Aujourd’hui, l’omniprésence des écrans, l’addiction irrépressible aux photos et aux vidéos nous soumettent au danger d’une régression : l’image revient en force, imposant la dictature de l’évidence ponctuelle à toute velléité de questionnement, stérilisant notre imagination, engendrant la méfiance pour toute conceptualisation et la suspicion envers la profondeur historique.

CONSTRUIRE UNE IDENTITE NATIONALE HONORABLE

Alors qu’une partie de notre jeunesse semble prête à faire sécession culturelle et religieuse, alors que certaines régions revendiquent une autonomie linguistique à grand renfort de pétitions bien-pensantes, ce n’est certainement pas un texte de loi qui pourra repousser la « tentation délicieuse » du séparatisme. Seul un dialogue lucide et fertile invitant l’autre sur notre territoire et nous offrant les clés du sien, peut nous éviter demain la guerre civile.

L’ école doit réconcilier laïcité et spiritualité

La laïcité commença le jour où les hommes décidèrent collectivement d’imposer leur pensée au monde ; le jour où, ne se contentant plus de contempler passivement l’œuvre de Dieu, ils se donnèrent l’ambition d’interpréter, de transformer le monde; le jour enfin ou ils entreprirent de se donner une dimension spirituelle par la force partagée du verbe.

Pour une école de la résistance

Alors qu’une fois de plus les chants usés des sirènes politiques vont tenter de charmer nos oreilles lassées (« Confiez-moi donc l’avenir de vos enfants… !»), il est une question que chaque candidat devrait oser se poser devant vous : « Comment a-t-on pu, depuis tant d’années, faire avaler à des jeunes gens et à des jeunes filles qui ont passé plus de quinze ans dans l’école de la République, un discours fondé sur l’absurdité et l’incohérence ? Comment peuvent-ils, au sortir de l’école se laisser tromper par des démonstrations marquées au coin du contre sens ? Comment peuvent-ils se laisser convaincre par des arguments ineptes, s’engager dans des batailles qui ne les concernent en rien, et aller jusqu’à sacrifier leur vie pour des promesses imbéciles ? ».

Le pacte de transmission

Tout au long de son apprentissage du langage, un enfant doit être porté par des médiateurs bienveillants et exigeants afin que pouvoir de parole et force de pensée soient la juste récompense de ses efforts. C’est en effet parce que vous lui aurez donné le désir d’élargir le cercle de ceux à qui il s’adresse et celui des sujets qu’il ose questionner qu’un jeune enfant consentira des efforts pour acquérir un vocabulaire plus riche, des structures plus complexes et… une pensée plus rigoureuse.

L’écriture inclusive : « madame fenêtre et monsieur plafond »

Par ignorance et par hypocrisie, certain.e.s féministes de salon ont cru bon de dénoncer les errements d’une langue française dont les structures morphologiques et grammaticales refléteraient, renforceraient et légitimeraient la discrimination dont sont victimes les femmes en France. Ils ont accusé ainsi les marques de genre – celles qui distinguent les noms masculins des noms féminins (« porte » et « portail » par exemple ) de manifester, par leur injuste distribution, un inacceptable mépris envers… les femmes. Des règles morphologiques « supporteraient » donc servilement les injustices sexistes et, par leur puissance normative, leur conféreraient une sorte de légitimité académique.

Questions essentielles à propos de l’illettrisme

Depuis 1990, les performances en lecture et écriture de plus de 400 000 jeunes gens de nationalité française âgés de 17 à 18 ans sont évaluées par le ministère de la Défense assisté par l’équipe du professeur Alain BENTOLILA. On a pu constater que, de manière constante, depuis 27 ans, plus de 10% de ces jeunes gens, dont une majorité était encore scolarisée, manifestent de sérieuses difficultés (moins de 65% de compréhension) à comprendre un texte simple de type narratif ou fonctionnel de moins de 3000 signes. Les tâches d’écriture les plus simples les mettent aussi en échec.