Le développement cognitif de l’enfant

Comment définir l’intelligence sinon en associant différentes variables : une capacité à faire des liens (inter-ligere en latin), à mobiliser et à utiliser des connaissances, pour s’adapter au mieux aux situations que nous rencontrons.

Il faut garder à l’esprit que chaque enfant organise sa propre façon d’apprendre, en fonction de son histoire, de la nature des interactions que lui offre son environnement, du cadre que lui donne sa culture. Cette marque personnelle dépend aussi fortement au désir d’apprendre, lié à l’estime de soi et à la motivation. Ces derniers paramètres dépendent eux-mêmes de la liberté que l’enfant se donne d’expérimenter sa façon à lui d’intégrer les connaissances, sous le regard bienveillant, voire séduit, de ses proches. Il peut ainsi progressivement se dégager de la simple imitation, pour s’autonomiser et laisser libre cours à sa créativité.

Pour Jean Piaget, l’enfant, grâce à des bases innées et à la maturation cérébrale, développe son intelligence en complexifiant ses expériences. Il est encouragé à poursuivre son envie de chercher à comprendre et à faire par les interactions sociales positives qui le soutiennent et le valorisent. Parallèlement, il effectue un rééquilibrage permanent qui lui permet d’intégrer véritablement ce qu’il apprend avant d’aller vers d’autres découvertes : l’être humain équilibre sans cesse ce qu’il intègre du monde extérieur avec ce qu’il est capable de comprendre et de « digérer » psychiquement.

Trois mécanismes fondamentaux sont utiles au développement de l’intelligence :

  • l’adaptation : elle permet à l’enfant de déterminer les concepts les plus adaptés pour vivre au mieux dans le monde (par exemple : la pluie mouille) ;
  • l’assimilation : elle permet d’intégrer des connaissances nouvelles (par exemple : la pluie mouille et prendre un parapluie permet de s’en protéger, ce qui est agréable) ;
  • l’accommodation : elle permet de transformer sa structure propre, son fonctionnement, en lien avec les variables découvertes par assimilation, en équilibrant progressivement les avancées.